Le libre-échange aidera le Vietnam à s'intégrer à l’économie mondial

L’Accord de libre-échange avec l’Union européenne aidera le Vietnam à réussir son intégration dans l’économie mondiale, a estimé le président de la Commission du Commerce international (INTA) du Parlement européen, Bernd Lange, lors d’une rencontre avec la presse dans le cadre de sa visite au Vietnam la semaine dernière.

Sur la photo ci-contre le président de la Commission du commerce international (INTA) du Parlement européen, Bernd Lange (gauche) lors de la rencontre avec le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc le 14 septembre à Hanoï. 

Le 2 décembre 2015, le Vietnam et l’Union européenne (UE) sont parvenus à la clôture des négociations relatives à un accord de libre-échange qui permettrait d’éliminer presque tous les tarifs douaniers sur les marchandises échangées entre les deux économies. Cet accord, dont l’entrée en vigueur «est prévue courant 2018», a noté Bernd Lange, présente des avancées significatives pour les pays signataires, profitant au développement durable et au renforcement des relations économiques entre les parties concernées.

Toutefois, les équipes de négociateurs doivent encore travailler pour lever les derniers obstacles techniques et finaliser le texte au niveau juridique. Une fois cette étape franchie, l’accord devra encore être approuvé, côté européen, par le Conseil qui représente les États, et par le Parlement européen.

Actuellement, la procédure de ratification est accélérée par l’UE pour que l’Accord de libre-échange UE - Vietnam (EVFTA en abréviation anglaise) soit effectif en été 2018, a fait savoir le responsable européen.

Lors de sa rencontre avec le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc, Bernd Lange a proposé que les deux parties doivent régler toutes les questions en suspens au cours des huit ou neuf mois prochains pour obtenir l’avis favorable du Parlement européen.

Bernd Lange a également souligné les engagements importants à respecter. Premièrement, le Vietnam devrait bientôt ratifier huit conventions fondamentales de l’Organisation internationale du Travail pour s’assurer que l’accord profitera équitablement à chacune des parties. Deuxièmement, l’UE et le Vietnam devraient s’engager à obtenir des avantages économiques sur la base du maintien de la sécurité de l’environnement. Et troisièmement, il est nécessaire de renforcer le rôle des parties prenantes dans le processus de surveillance de l’application de l’EVFTA.

Le Courrier du Vietnam

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Implantez-vous au Vietnam !