Les perspectives du secteur de la construction au Vietnam

un groupe de grands immeubles sous un ciel nuageux

Le Vietnam est l'une des plus belles réussites économiques au monde. Trois décennies de croissance presque ininterrompue ont amélioré les conditions de vie et les moyens de subsistance, en créant des emplois et en attirant des investissements dans un large éventail de secteurs.

Le secteur de la construction en a été l'un des principaux bénéficiaires. Une croissance économique soutenue nécessite d'importants investissements à long terme dans les infrastructures, le logement et la logistique. Il faut des routes, des ports et des entrepôts pour transporter les marchandises, des usines pour les fabriquer et les assembler, et de l'immobilier résidentiel pour loger les millions de travailleurs qui les produisent. Rien de tout cela n'est possible sans un secteur de la construction capable de fournir la main-d'œuvre, les matériaux et le savoir-faire technique.

Maintenant que le Vietnam est passé du statut de pays "en développement" à celui de pays "à revenu intermédiaire", les investissements du secteur privé remplacent l'aide publique au développement et l'aide étrangère qui finançaient les grands projets d'infrastructure dans le passé. Cela crée des opportunités pour les investisseurs étrangers et nationaux, non seulement dans le secteur de la construction, mais aussi dans toute une série de secteurs connexes, de l'architecture à l'ingénierie et des matières premières à l'architecture d'intérieur.

Des bases solides à l'origine d'une forte croissance

Au cours des 12 derniers mois, le secteur de la construction a connu une croissance positive, après une interruption forcée pendant la pandémie, lorsque les réglementations de distanciation sociale ont mis en attente un grand nombre de projets d'infrastructure majeurs. Le Bureau général des statistiques (GSO) du Vietnam a fait état d'une croissance de 8,5 % en termes réels dans le secteur de la construction en 2022, les investissements dans les énergies renouvelables et les infrastructures de transport étant à l'origine de cette tendance.

Le GSO prévoit qu'entre 2023 et 2026, le secteur de la construction enregistrera un taux de croissance annuel moyen de 8 %, atteignant une valeur de près de 100 milliards USD, grâce à la détermination du gouvernement à développer les réseaux routiers, ferroviaires et électriques, ainsi qu'à construire davantage de projets de logements abordables.

Les fondamentaux démographiques et socio-économiques qui ont alimenté la croissance du Vietnam au cours des dernières décennies restent tout aussi importants en 2023. La population continuera de croître et de se rapprocher des zones urbaines. Le taux d'urbanisation devrait atteindre au moins 45 % en 2030, puis 50 % en 2050, les possibilités d'emploi créant un pôle d'attraction pour les migrations. Cela nécessitera la construction de 70 millions de mètres carrés de logements supplémentaires par an.

Parallèlement, l'augmentation des flux commerciaux internationaux et la forte croissance économique augmenteront la nécessité d'investir dans de grands projets publics et d'améliorer les infrastructures locales telles que les transports routiers, ferroviaires, aériens et maritimes.

Défis et opportunités dans la construction

Le Vietnam dispose d'une série de grands travaux d'infrastructure en cours de réalisation. Par exemple, le nouveau plan de développement routier du gouvernement, publié en 2021, vise à créer près de 5 000 km de voies rapides, 172 routes nationales et 3 000 km de routes côtières d'ici à 2030. Entre-temps, le gouvernement a approuvé le plan de développement de l'énergie 8, attendu depuis longtemps, qui prévoit une augmentation des capacités en matière d'énergie éolienne, solaire et d'autres énergies renouvelables, ce qui nécessitera des investissements supplémentaires dans les infrastructures et leur mise à niveau.

À Hanoi, le Comité Populaire vient d'approuver un projet de 350 millions d'USD pour la construction d'un pont sur le Fleuve Rouge, qui devrait être achevé en 2027. La capitale prévoit également de consacrer 18 milliards d'USD à la construction de logements au cours de la première moitié de cette décennie. Dans le même temps, dans le sud du Vietnam, la province de Ca Mau continue d'inviter à investir dans les énergies renouvelables et le développement durable, le Comité Populaire ayant émis des directives pour se concentrer sur le développement de projets éoliens, solaires et de biomasse. De même, HCMC continue de bénéficier d'investissements importants dans les infrastructures, notamment dans les grands projets routiers, de gestion des déchets et de transport, tels que le périphérique de 200 km de HCMC.

Cependant, tout n'est pas rose pour le secteur de la construction. Les prix élevés des matériaux augmentent la pression sur les marges bénéficiaires, le coût de l'acier et du sable, en particulier, continuant d'augmenter. Certaines entreprises hésitent donc à investir dans des projets de construction de grande envergure ou à les mener à bien, car si les prix de l'acier continuent d'augmenter, leurs coûts grimperont en flèche. C'est pourquoi les données relatives à l'enregistrement des entreprises montrent une augmentation annuelle de 22 % du nombre d'entreprises de construction qui suspendent leurs activités.

De même, la législation continue d'entraver le développement du marché. C'est pourquoi des changements susceptibles d'avoir un impact positif sur le secteur de la construction sont en préparation. Par exemple, la consultation publique sur le nouveau projet de loi foncière a reçu environ huit mille commentaires, selon le ministère des ressources naturelles et de l'environnement (MONRE). Ce projet de loi vise à résoudre des problèmes allant de la location de terrains à l'acquisition de terrains et à l'indemnisation - certains des principaux obstacles auxquels se heurtent les promoteurs dans le cadre de grands projets de construction.

Combler le déficit de financement

Le Vietnam consacre environ 6 % de son PIB aux infrastructures, soit trois fois plus que la moyenne régionale. Cela témoigne d'une ambition claire de combler le fossé qui le sépare de ses voisins et concurrents les plus proches et de maintenir sa croissance économique soutenue.

Toutefois, le gouvernement n'est pas en mesure d'assumer seul les coûts de plusieurs milliards de dollars de ces améliorations d'infrastructure - estimés à 30 milliards de dollars par an. Le Vietnam a besoin de capitaux privés et d'investissements étrangers pour combler le déficit. Compte tenu du rôle essentiel de la construction dans les projets d'infrastructures publiques, cela ouvre la porte aux entreprises et investisseurs français.

 

Cet article est extrait du magazine de la CCIFV "Connect #11: Building Vietnam's Tomorrow: Challenges and trends in Construction" 

événement ccifv build to last, audience public assistant à une présentation

Restez informé des dernières actualités du secteur de la construction

Rejoignez le comité sectoriel construction de la CCIFV afin d'échanger avec notre communauté d'affaires et accéder aux informations les plus pertinentes.

En savoir plus

Liens utiles

Comment la numérisation et les nouvelles technologies bouleversent le secteur de la construction L'impact des fluctuations du marché de l'immobilier sur le secteur de la construction Comment les bâtiments durables peuvent-ils contribuer à un Vietnam plus vert ?

PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin