La Chambre

Projet de l’Observatoire informatisé du Patrimoine

Le projet de l’Observatoire informatisé du Patrimoine a été initié en septembre 2015. Il s’agit de doter la communauté d’un outil informatique permettant de faciliter l’inventaire du patrimoine culturel et historique, ainsi que de faciliter le partage des données collectées dans l’objectif final de participer à la protection et à la préservation du patrimoine mondial.

Participer à l’inventaire du patrimoine mondial
Cet outil permet donc de réaliser un recensement comprenant des données détaillées, vérifiées et structurées. Le patrimoine est avant tout localisé géographiquement, de façon précise, afin de faciliter son accès. A chaque élément patrimonial est associée une fiche d’un patrimoine qui devrait comprendre des informations communes, comme son nom usuel, sa classification avec une granularité de précision (bâtiment > lieu de culte > temple > temple caodaïste), son adresse, etc. Cette fiche comprend une frise chronologique qui permet d’indiquer les dates importantes de l’histoire du patrimoine. Des photos, des illustrations, permettent de refléter l’évolution de ce patrimoine au cours du temps. Idéalement, cette fiche devrait être complétée par toute autre information décrivant ce patrimoine de façon plus technique, selon différents corps de métier (tourisme, urbanisme, histoire, architecture, etc.). Elle n’est pas figée mais est enrichie, au cours du temps, par de nouvelles informations saisies par des personnes ayant une connaissance approfondie du patrimoine. L’ensemble des informations collectées est traduit dans plusieurs langues.

Cette démarche d’inventaire du patrimoine s’inscrit en complément d’une multitude d’inventaires du patrimoine consultables sur Internet. Le plus connu est certainement celui de l’UNESCO, la Liste du Patrimoine Mondial recensant un peu plus d’un millier de patrimoines naturels et culturels. Si ces listes identifient des patrimoines souvent à rayonnement mondial (8 sites recensés au Vietnam), l’Observatoire informatisé du patrimoine souhaite compléter ces inventaires par le recensement d’un patrimoine plus large et proposer une plateforme permettant de visualiser l’ensemble de ces éléments. Par ailleurs, plusieurs Etats et autorités locales fournissent un inventaire en ligne de leur patrimoine, mais souvent à la localisation imprécise et avec une description sommaire, peu structurée, et unilingue. Les données disponibles en ligne sont donc incomplètes, dispersées sur de nombreux sites, non structurées, non traduites. Leur exploitation, leur réutilisation par d’autres projets, s’avèrent ainsi difficile. L’Observatoire informatisé du patrimoine propose des données précises et vérifiées accessibles au plus grand nombre.

La mission de l’Observatoire informatisé du patrimoine et son fonctionnement
Le projet de l’Observatoire informatisé du patrimoine a été créé en septembre 2015 par l’historien anglais Tim Doling, l’architecte logiciel français Daniel Caune et Nguyễn Thị Thanh Trúc qui en est la responsable administrative. Ils se sont donnés pour mission :
- l’identification du patrimoine
- la constitution d’une base de données précise du patrimoine
- la traduction des données dans le plus grand nombre de langues possible
- la vérification, la correction et l’enrichissement des information
- la diffusion des données collectées afin qu’elles puissent être réutilisées et intégrées par d’autres corps de métier qui pourront valoriser le patrimoine, le préserver, le protéger.

La première étape dans le recensement du patrimoine est la localisation précise du patrimoine. La mission s’annonce gigantesque, mais ce serait sans compter la production participative, à savoir la contribution d’un large groupe de personnes à une tâche donnée. Cependant, pour que des personnes veuillent participer, la méthode de géolocalisation doit être simple, naturelle, sans effort.
C’est ce que permettent de nos jours les photographies prisent avec des smartphones qui incluent la localisation précise, GPS, du site photographié.

Le Vietnam compte 22 millions d’utilisateurs de smartphones en 2015 et pratiquement 8 millions de visiteurs la même année. Cela fait une armée de contributeurs potentiels sur une grande surface territoriale.

Ces contributeurs peuvent transférer leurs photos sur notre site, comme ils le font déjà sur Facebook. Une fois les photos transférées, la plateforme de l’Observatoire informatisé du patrimoine retrouve automatiquement la localisation du patrimoine pris en photos. Les contributeurs peuvent ensuite ajouter, dans leur langue, toute autre information dont ils auraient connaissance, comme le nom usuel du patrimoine, son type, etc. D’autres contributeurs peuvent traduire ces informations dans d’autres langues.

Si n’importe qui peut participer, toute donnée ajoutée ou modifiée par des contributeurs doit être vérifiée par des personnes expertes avant leur publication en ligne. Ces experts sont des historiens, des urbanistes, des architectes, des restaurateurs, des chercheurs, des universitaires, ayant une compétence reconnue dans le patrimoine d’une région donnée.

Enfin, le projet s’inscrit dans le mouvement « données libres » (open data), à savoir l’accès gratuit aux données à des fins de réutilisation, de diffusion, de publication, sans restriction de droits de copie. Une publication régulière sera faite de l’archive des données collectées. Cette archive sera librement téléchargeable sur Internet par tout le monde.


Vous pouvez participer à ce projet de multiples manières : en prenant vous-même des photos du patrimoine que vous visitez, en participant à la traduction des informations enregistrées sur le patrimoine, en aidant financièrement ce projet (votre nom, votre logo et votre lien seront alors affichés sur la page des bienfaiteurs).

Pour plus d'informations, veuillez contacter M.Daniel Caune par mail à daniel.caune(@)heritageobservatory.org

PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Oyé Oyé !